Recommandations techniques pour l’instrumentation d’un lycée

Installation de capteurs

Des capteurs de paramètres environnementaux (enregistreurs de température, de luminosité, d'humidité, de CO2 et COV) et des enregistreurs de consommation (électricité, gaz, eau...), peuvent être installés dans certaines zones du lycée (salles, réfectoires, bureaux, locaux techniques...).

Voici quelques recommandations pour bien aborder cette instrumentation :

  • Le choix des capteurs dépend directement des tests prévus, qui eux-mêmes dépendent de l'environnement et de l'infrastructure existante (type de chauffage, compteurs électriques installés, commande des stores, etc.). Il est donc difficile de conseiller un kit de capteurs qui conviendrait à tous les types de bâtiments.
  • Installer de nouveaux capteurs ou compteurs dans un immeuble peut être difficile. Il n'est pas toujours aisé d'obtenir les autorisations nécessaires et les procédures administratives prennent du temps.
  • Il est recommandé de vérifier auparavant la cohérence des mesures brutes. Certaines valeurs enregistrées lors de la phase de tests peuvent être douteuses, et amener à se poser des questions sur la fiabilité des capteurs.
  • Un calibrage précis des capteurs est un plus mais pas un pré-requis. Les erreurs de calibrage seront corrigées par la comparaison relative des ensembles de données avant/ après les changements de comportement.
  • Il faut des capteurs précis mais aussi un positionnement judicieux pour obtenir des mesures représentatives. Un capteur de qualité de l'air situé près d'une fenêtre ou un capteur de température en plein soleil ne fourniront pas de données pertinentes.
  • La source d'alimentation des capteurs est un point crucial. Des capteurs autosuffisants en énergie réduisent le risque de coupure par les habitants ou les locataires pendant la nuit ou les vacances.
  • Si une donnée est importante, il est recommandé de doubler la mesure avec un second capteur ou de se procurer une base de comparaison. Utiliser deux modèles de capteurs différents pour recueillir un même ensemble de données permet la comparaison du matériel, fournit un moyen de vérification des données et pourrait permettre de compléter un ensemble de données en cas de panne d'un capteur.

Serveur de stockage

  • La connectivité des capteurs au serveur de stockage doit être finement étudiée. L'installation d'un tampon local pour stocker temporairement les données transmises par le capteur en cas de coupure de la connexion à la plateforme de stockage réduit le nombre d'instances de données manquantes.
  • Le système d'acquisition de données doit être robuste et fiable. Utiliser une architecture redondante limite la perte irrémédiable des ensembles de données en cas de panne de la plateforme de stockage. Il est recommandé d'enregistrer régulièrement les données localement.
  • Noter les valeurs de bases représentatives de la situation avant le changement de comportement permet également de s'assurer que l'infrastructure d'acquisition de données fonctionne convenablement et de minimiser les bugs lors de la phase d'essai.
  • Il est recommandé de mettre en place un système de surveillance qui signale les dysfonctionnements dès qu'ils surviennent. Un service informatique disponible rapidement pour réparer ou corriger la situation est également conseillé.

Quelle organisation mettre en place ?

  • Il est conseillé de s'entourer de gens possédant les compétences techniques requises (informatique et/ou domotique). Si l'équipe en charge du projet ne possède pas ces compétences, elle peut collaborer avec une entreprise spécialisée.
  • S'assurer périodiquement que la phase d'essai est bien menée est un bon moyen de prévenir les erreurs et les pertes de données par la suite.

Interprétation et utilisation des données collectées

  • L'agrégation des données sous forme d'indicateurs est recommandée pour procéder à l'analyse des consommations énergétiques. Le choix des indicateurs et de leur articulation (logique de calcul) dépend des objectifs de l'instrumentation. Il est conseillé de définir clairement ces objectifs lors de sa phase de conception afin de choisir les indicateurs qui seront pertinents pour interpréter les ensembles de données.
  • Il est nécessaire de vérifier la validité des indicateurs en les comparants aux données brutes. L'expérience démontre que les indicateurs qui dépendent d'ensembles de données trop brutes sont moins stables et leur plage de validité relativement limitée.
  • Les mesures doivent être analysées et validées au tout début de l'installation afin d'identifier les capteurs défectueux et les défauts d'installation, entre autres.
  • Il est essentiel de respecter les lois sur la protection des données personnelles lors de telles campagnes de mesures. Recueillir des données concernant un groupe et non une seule personne est un moyen de rendre les résultats anonymes. Dans tous les cas, le consentement des personnes affectées par l'essai est obligatoire.



 

Les éléments proposés dans cette rubrique sont issus des travaux menés dans le cadre du projet européen THE4BEES, financé par la Commission européenne (programme Espace Alpin) et la Région Auvergne-Rhône-Alpes. Il a permis de tester des méthodes et des outils pour inciter les usagers de bâtiments publics à réaliser des économies d’énergie. Issues des sciences psycho-sociales et numériques, un certain nombre d’actions ont été menées en Auvergne-Rhône-Alpes, dans deux lycées pilotes de l’agglomération lyonnaise : le lycée Aragon, à Givors et le lycée Condorcet, à Saint-Priest.

En savoir plus sur le projet THE4BEES

 

[Mise à jour : novembre 2018]